Vidéo de ma conférence au colloque sur Marcel Jousse, Lyon, 28 septembre 2011.

.

.

Une intervention sous l’égide de l’Institut Pierre Janet.

.

Titre

L’imitation comme passage des gestes au langage : un rapprochement Jousse-Janet.

.

Vous trouverez ici le titre, un résumé bref, la vidéo et le lien renvoyant aux autres vidéos des conférences du colloque.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

.

Article mis en ligne le 12 novembre 2011
dernière modification le 3 décembre 2012

par Isabelle Saillot
logo imprimer

Titre

L’imitation comme passage des gestes au langage : un rapprochement Jousse-Janet.

.

Résumé

Dans « Le mimisme humain et l’anthropologie du langage » (1936), Marcel Jousse présente la pensée comme « la prise de conscience (…) de nos mimèmes ». De son côté, dans « Les débuts de l’intelligence » (1935), Pierre Janet présente la notion de « prise de conscience » comme « l’addition d’un acte supérieur à celui qui était exécuté sous une forme inférieure ». Chez Jousse, la transposition des gestes cinémimiques aux muscles laryngo-buccaux répond à la fonction « d’alléger les mouvements » qu’ont les signes et symboles chez Janet (L’intelligence avant le langage, 1936). Les deux pensées partagent ce que C. Prévost (1973) appelle le « primat de l’action ». Cette option est extrêmement originale à l’époque des premiers travaux de Janet, mais reste encore largement sous-exploitée quand Jousse l’adopte quelques années après celui qu’il appelle son « maître ». L’étroite parenté des conceptions de nos deux auteurs les amène à se rencontrer aussi autour de la même question fondamentale, qui est celle de l’imitation comme cas d’école du délicat passage des gestes au langage. Tandis que Jousse, en mesurant tout l’enjeu, précise l’importante distinction qu’il introduit entre imitation et mimisme, Janet commente et critique Tarde qui y voyait le principe fondamental de l’apprentissage.



Site réalisé sous SPIP par isabelle saillot avec le squelette ESCAL-V3 Version : 3.85.7